Retour vers le haut

Karin Sander : vivre et travailler dans son studio

Karin Sander vit et travaille à Berlin. En tant qu’artiste, elle prône la flexibilité et l’expérimentation, et c’est aussi ce qu’elle fait chez elle.

« Lorsque j’ai conçu ce loft avec les architectes Sauerbruch et Hutton, qui sont des amis, je me suis posé plusieurs questions : comment est-ce que je souhaite vivre et travailler ? Comment concilier les deux ? Mon studio est conçu de manière à ce que je puisse réaliser différentes techniques artistiques dès que je le souhaite.

Se sentir bien dans un espace n’est pas forcément une question de confort pour moi, mais de changement : le mobilier doit pouvoir disparaître et revenir, les pièces doivent pouvoir être utilisées de différentes façons.

« Pour moi, les chaises sont comme de petites personnalités et je trouve toujours intéressant, quand j’ai des visiteurs, de voir comment ils choisissent leur siège, où ils s’assoient et la place qu’ils occupent. »
Karin Sander

Pour moi, les chaises ont leur propre petite personnalité. J’aime quand elles sont différentes les unes des autres, et la façon dont cela apporte une certaine tension et de l’animation dans une pièce. Je possède une chaise Frankfurt Kitchen, une Eiermann que j’ai trouvée sur le trottoir et aussi une APC de Jasper Morrison. Ce qui me fascine surtout chez les designs de Morrison, c’est la façon dont il décèle l’extraordinaire dans la normalité et sa façon de réduire les choses à l’essentiel. Les artistes et designers travaillent de la même façon, en omettant certaines choses, en donnant une nouvelle vision des formes familières et en repoussant les limites. Morrison utilise les formes et les couleurs ainsi qu’une sélection de matériaux pour créer une qualité sculpturale très spéciale.

Je suis l’engagement culturel de Vitra depuis longtemps, leurs expositions et l’architecture construite sur le campus. On y trouve non seulement l’histoire des meubles mais on retrace également l’histoire de l’architecture du 20e siècle. »