Retour vers le haut

Lorsqu’un canapé arrive à point nommé pour le passage au numérique.

L’Alcove Sofa
L’histoire d’un original de Vitra

En 2006, Vitra lançait un canapé atypique aux panneaux très élevés. En 2007, Apple commercialisait l’iPhone, le premier smartphone. Le changement qui s’était amorcé avec le travail sur ordinateur portable a évolué dans une dynamique difficilement prévisible et la famille de canapés Alcove a été le produit qui répondait à ces nouveaux besoins. Mais commençons par le commencement.

Rolf Fehlbaum, PDG émérite de Vitra, a vu son attention attirée en 1998 par le projet « Disintegrated Kitchen » de Ronan Bouroullec, dont il a fait sa connaissance, ainsi que celle de son frère Erwan, à l’automne 2000 à Paris. Leurs premiers travaux montraient déjà l’intérêt des deux designers pour des solutions anticipant le comportement des utilisateurs. Depuis l’époque de l’« Action Office » de George Nelson, Vitra explore les évolutions et les changements de l’univers de travail et développe des concepts et des produits correspondants.

Inspirés par la grande table de leurs parents dans leur patrie bretonne, qui était le centre social de la famille, Ronan et Erwan Bouroullec ont développé en 2002 avec Vitra le système de table de bureau Joyn dont les grandes plateformes permettent de répondre au besoin de communication et de travail d’équipe. Le mélange entre habitat et travail, qui n’a cessé de s’accroître depuis, a débuté ici et les nouvelles possibilités qu’implique Joyn ont permis de dissoudre les modes de travail statiques et les structures hiérarchiques.

Peu après, Ronan et Erwan Bouroullec ont développé avec Vitra le Soft Shell Sofa pour la toute jeune Vitra Home Collection. Les panneaux latéraux et arrière formaient une sorte de corbeille accueillant des coussins souples et évoquaient un sentiment de sécurité. En 2006, l’Alcove Sofa s’inscrit dans le prolongement direct de cette idée : des panneaux de près d’un mètre de haut soulignent plus fortement encore l’espace intérieur du meuble – et le délimitent mieux de l’extérieur. Alors qu’il était encore à peine disponible, l’Alcove Sofa a suscité un intérêt important – mais étonnamment pour des projets d’aménagement de bureaux.

Face à une augmentation et à une accélération de la communication est né un besoin de retrait et de lieux destinés aux échanges informels, et la protection qu’offrait l’Alcove Sofa a répondu à ce besoin. C’est ainsi que ce projet est passé de l’habitat au bureau. L’étape typologique décisive qui a fait de l’Alcove une nouvelle référence dans l’univers du bureau était l’augmentation massive de ses panneaux. Les prototypes correspondants laissent présager du potentiel de cette idée : un canapé doté de panneaux latéraux et arrière élevés ne se limite pas à évoquer un espace dans l’espace. Il devient un espace dans l’espace.

« Faire entrer le canapé dans le bureau a été comme brancher un ampli Marshall sur une scène vide. »
Erwan Bouroullec

Le Alcove Highback, haut d’environ 1,40 m, a été présenté en 2007. Ses panneaux latéraux et arrière sont rembourrés et revêtus de tissu, ce qui atténue les bruits, lui confère un aspect accueillant et confortable. Ces propriétés en faisaient le meuble idéal pour les concepts de bureau contemporains. En effet, avec le lancement du premier iPhone, Apple a irrévocablement bouleversé le comportement humain en matière de communication. Ce qui se dessinait seulement en 2007 est aujourd’hui réalité : la dissociation géographique de la communication et du travail individuel. Cette évolution a mué ces dernières années le bureau en une plateforme sociale. Le travail individuel peut être réalisé partout, à la maison, au café, en coworking ou à la piscine. À l’ère du numérique, ce sont l’échange spontané, la collaboration créative et l’envie d’être ensemble qui incitent à aller au bureau.

L’idée de l’Alcove est devenue en dix ans l’équipement standard de tout concept de bureau moderne. Flexible et sans aménagements fixes, il crée des espaces, en particulier lorsque deux Alcove Highbacks se font face. On aime à se retirer dans ces îlots de calme confortables. Pour un travail concentré, pour des discussions, ou pour répondre à ses derniers messages sur son smartphone.


Date de parution: 4.10.2018
Images: Florian Böhm, Marc Eggimann, Ola Rindal © Ronan & Erwan Bouroullec

Des histoires d’un original de Vitra
Offrez-vous un original. En effet, un original garde sa valeur. Une imitation est, et reste une copie bon marché, une idée volée. Ce sont des choses qu’on ne voit peut-être pas au premier abord, mais que l’on sent et qui font la différence. Un original vous accompagnera toute votre vie. Il vous survivra, même. La prochaine génération se réjouira de votre décision. Mais ça c’est une toute autre histoire.
L’original est signé Vitra